EOLIENNES DANS LA CONSTITUTION ? MON CUL !

...Aurait dit à coup sûr Zazie (**)...

Encore une des ces neuchâteloiseries dont le comique se situe à - 10'994 mètres, au fond de la Fosse des Mariannes, sous une pression de 1100 bars ! Bravo !

Rire, dans pareilles conditions, est peut-être à la portée des micro-organismes dits "piézophiles" ou des juristes fossilisés de l'Etat - mais en tous cas pas d'une quelconque personne ayant plus d'un millimètre cube de sens commun.


Mais comment des juristes (sans se faire ensuite hara-kiri) ont-ils pu proposer d'inscrire dans la Constitution un article sur l'implantation d'éoliennes sur cinq sites ?

(Et pourquoi pas un article sur les noms donnés aux chiens-chiens, le diamètre maximal des parapluies ou la couleur des chaussettes ? )

Parce que nous sommes là en pleine flagornerie, dans la servilité du régime d'une république bananière.

UN GRAND CONSEIL SIEGEANT A PLAT-VENTRE

Donc, résumons:
le Législatif du canton, cornaqué par les sbires de Suissse Eole, a décidé en novembre dernier de saquer l'initiative (cf : www.noscretes.ch) en lui opposant un contre-projet qui introduit une nouvelle disposition constitutionnelle et un nouvel article 5a qui bétonne l'implantation des éoliennes et laisse les mains libres au Conseil d'Etat.

Evidemment, les grands cornards de Verts et la gauche couille-molle ont applaudi et les avachis de droite ont approuvé des propositions d'un pur soviétisme.

Or il est évident pour tout quidam réfléchissant cinq secondes (constitutionnaliste Jean-François Aubert, revenez ! ils sont devenus complètement siphonnés !) que les nouvelles dispositions proposées n'ont, de toute manière, absolument rien à faire dans la Constitution ni dans le foutoir qu'est l'article 5, ce Te Deum à l'Etat-Providence fouineur, ce Gloria in Excelsis au socialisme à petits copains ronds-de-cuir.

DES PLOUCS DE CHEZ PLOUC ET REPLOUC

Qui suit les séances du Grand conseil neuchâtelois (et de législatifs d'autres cantons) ne peut que savoir qu'il est, avec son homologue genevois, le plus cloche-plouc du pays.
Deux tiers au moins de ses membres sont nullissimes, petits copains miteux de copains niobets intellectuellement incapables de lacer leurs chaussures en mâchant leur chewing-gum.

Quant au Conseil d'Etat actuel... Une seule question se pose à son propos:
mais pourquoi le Ciel nous acccable-t-il en faisant
monter au Château des gens d'une si astronomique médiocrité ?

Conclusion: va-t-il se trouver quelques juristes encore dignes de ce nom pour flinguer la proposition du Conseil d'Etat adoptée par le Grand Conseil ? A défaut, nous proposerons à cette corporation d'aller se noyer collectivement de honte, au milieu du lac. Ou dans la retenue du Châtelot pour ceux qui préfèrent les côtes du Doubs.

(**) Zazie, pour les pains frais: allez voir Wikipedia, tapez Raymond Queneau et Louis Malle...Non, non, non, non...C'est un roman (1959) et un film; Zazie, ç'est pô la belle-soeur d'la copine de l'entraîneur hockey dl'équipe des Castors de Montréâl-Nord, la pitoune qui t'raconte des jokes qui a un train n'arrière à t'fondre l'Hudson en'hiver...Câlisse et Tabernâcl'...!

vers le sommaire