Ceux qui ne savent rien du sujet feraient bien de la fermer avant de l'ouvrir parce qu'ils ne démontrent que leur stupidité doublée de flagornerie

(Radio romande / Vendredi 18, 06 h 50 / Roger Guignard: L’énergie du vent ou le gaz de schiste? Commentaire ] Texte: "La Suisse, on se gêne presque de le rappeler, a fait le pari de bannir à terme le nucléaire. Et nous voilà plongés, pour 20 ou 30 ans, dans une phase de transition énergétique. Contraints de tirer le meilleur parti de l’eau, du soleil et du vent. Des énergies qui toutes ont leurs inconvénients, et tout particulièrement les fameuses éoliennes, en proie à des recours, contestations et critiques permanents. De Sainte-Croix, dans le canton de Vaud, à Charrat et Saxon en Valais, en passant par Neuchâtel, où la campagne est très vive ces temps, partout les opposants farouches, aussi bien que les éolo-sceptiques donnent de la voix. Ne défigurons pas nos beaux sommets ou les nobles crêtes de notre Jura, disent-ils. Ces énormes turbines industrielles « deviendront le paysage », comme l’a dit une opposante valaisanne. Et puis, le bruit insupportable, la faune et la flore perturbées, tout cela pour une énergie qui n’a pas grand intérêt, puisqu’elle ne représentera jamais que 4% de la production nationale. Que certaines de ces objections soient recevables, nul n’en doute ! Mais la sortie du nucléaire exige une prise de conscience : l’urgence énergétique est là. Et même si l’éolien n’a pas le potentiel du photovoltaïque ou de l’hydraulique, il fait partie des alternatives sérieuses. S’en priver relève, comme l’a écrit une consoeur, « du caprice esthétique irresponsable ». Pour son confort, pour le coup d’œil, pour ses oreilles, on cède à la vieille litanie du « pas de ça chez moi » ! Pas de centrales nucléaires, pas de centrales à gaz et pas d’éolien, alors quoi ? Le gaz de schiste comme substitut de dernier recours ? Il est temps de faire des choix responsables et l’énergie du vent en fait partie. Roger Guignard").


COMMENTAIRE DES COMMMENTAIRES

On peut parier que M. Roger Guignard, grande gueule de la Radio romande, ne fait pas la différence entre un kilowatt et un kilowattheure.

On peut parier que M. Roger Guignard, grande gueule de la Radio romande, n'a même pas le premier atome de l'idée de la fonction cubique liant puissance et vitesse, l'un des fondements de la dynamique - et du fonctionnement des éoliennes.
Grande gueule de la Radio romande, M. Roger Guignard parle d'énergie non pas en ignorant le b-a-ba de l'énergie mais en ignorant même qu'il existe un alphabet.

Roger Guignard, grande gueule de la Radio romande, ressemble donc furieusement à ces centaines de milliers d'imbéciles et de prétentieux qui se permettent de discourir et de jouer les bons pasteurs sur un sujet dont, de fait, ils n'ont pas la moindre idée. Ils font penser à des gens qui commenteraient un match de foot sans connaître aucune des règles du jeu, se concentrant uniquement sur les couleurs et l'élégance des chaussettes et des maillots des joueurs.

On va le dire clairement. Ces gens ne sont pas des ignorants: ce sont des cons.

Des cons massifs.

Parce qu'ils estiment qu'ils savent déjà, qu'ils n'ont pas besoin de se renseigner, pas besoin d'apprendre, pas besoin de questionner, pas besoin de comparer, d'écouter; en bref: qu'ils ont la science infuse.

Les cons, ça sait avant d'avoir appris.

C'est une chose que d'avoir une opinion, que de prendre parti.
Encore faut-il disposer d'un minimum de connaissances, de points de repère, d'arguments factuels.
Or, s'il est un domaine en même temps fondamental et complexe, technique et social, politique et scientifique, local et mondial, aux défis et enjeux énormes, c'est bien l'économie énergétique.

Hé bien, non, les cons pensent qu'ils ont tout compris - en cinq secondes....Ils pensent que leur premier droit est d'avoir une réponse et un avis, avant même d'avoir lu la question.

Les cons sont la pire espèce vivante sur cette planète.
Particulièrement lorsqu'ils sont journalistes.


vers le sommaire


NB(1) Nous ne parlons ici que des médias dit "de service public", essentiellement radios et télévisions, pour lesquels nous payons des redevances et qui disposent de concessions. Leur tâche, en matière d'information, est de présenter des faits - pas de diffuser les opinions politiques des journalistes.
Les médias privés font et disent ce que bon leur semble, évidemment.

NB(2) Nous recommandons à M. Guignard et à ses collègues de la radio et de la télé, de lire, pour le moins :
L'énergie sous toutes ses formes"
de Jo Hermans
Tomes 1 et 2
Collection "Bulles de sciences"
Editions edp Sciences, 2013
32 euros