LES SOCIALISTES POUR LA VENTE DU CANTON A DES SPECULATEURS ET DES ARNAQUEURS

Le parti socialiste neuchâtelois (PSN) est mort depuis longtemps mais il bouge encore.

Samedi 8 février, aux Brenets, son Congrès a voté une résolution demandant la vente des crêtes du canton à des sociétés spéculatrices qui veulent y installer, sous forme d'éoliennes gigantesques, des usines de pompage de subventions. La liberté de vote pour le scrutin du 18 mai a été soviétiquement refusée par 48 voix contre 13 et une abstention. Au pas camarades ! Au pas camarades, au pas, au pas, au pas !
Pour la grande majorité des socialistes neuchâtelois, il est donc temps de classer tout le canton en zone de friche industrielle, y compris les cimetières.

Les socialistes - mais ils ne sont pas les seuls - n'ont jamais analysé ni tiré la moindre leçon des affaires (helvétiques) Plumey et Werner K. Rey, escrocs de haut vol qui furent célébrés pendant des années, dans tous les milieux, comme de grands maîtres de la finance et des investisseurs et entrepreneurs géniaux capables de transformer du plomb en or. Avant de finir en prison.

Les Dieux savent pourtant combien les mécanismes sociaux, psychologiques, économiques et politiques mis en branle en de pareilles affaires sont profonds et étendus et s'appliquent à foule de situations. Et de gens. Et de prétendus spécialistes. Et de directions entières de grandes banques. Et de gouvernements...

Or le développement de l'éolien continental, sa course en avant, connaît exactement les mêmes processus que les acrobaties à la Madoff/Rey/Plumey: d'une part des montages tarabiscotés et opaques privé-public, une "com" parfaitement orchestrée et des promesses mirifiques; d'autre part, des ignorances crasses, des croyances et attentes béates, des moutonneries, des cupidités et des vanités de petits politiciens.
Tout y est.

Il ne fait pas de doute que ce qui se produit actuellement en Allemagne avec la faillite de Prokon, un des plus gros investisseurs de l'éolien, va se produire partout ailleurs.

Les Verts, dupes parmi les dupes, ont transformé un objet technique, une simple machine - les éoliennes - en objet symbolique et social , perdant toute distance critique. Leur attitude, dans ses ressorts psychologiques, est fondamentalement la même que celle des zélateurs des bagnoles "de sport", aujourd'hui, ou celle des nouveaux riches des années 60 pour "la modernité" des chromes des Pontiac, Chrysler, et autres Studebaker. L'apparence, tout dans l'apparence et le discours politico-publicitaire ! La machine réelle, la réalité, a disparu et ne restent que les symboles et l'imaginaire. D'aucuns ont appelé cela de l'aliénation....

L'éolien continental est, techniquement et économiquement, aussi stupide que les fameux "bio-carburants" pour lesquels les roses-verts ont milité pendant des années avant de devoir admettre, queue très basse, qu'il s'agit d'une franche et massive crétino-escroquerie et d'un gaspillage éhonté.

L'histoire ne cesse de se répéter et la gauche de ne rien apprendre...

vers le sommaire-1